Samedi bonheur(s)

Quel samedi mes z’amis. Que d’émotions ! Je suis donc allée rejoindre Paul à l’Usine Opéra, et nous avons fait le bilan complet. Que de changements en huit mois. Ca a fait pile huit mois mardi que j’ai rencontré Paul pour notre séance d’essai, le 30 juin.

J’avais alors plus de 50% de masse grasse dans le corps, et plus de 20% de graisse viscérale. Aujourd’hui, j’ai 29% de masse grasse sur l’ensemble du corps (objectif 25%) et seulement 9% de graisse viscérale. 70% de masse maigre (musculaire). Une masse osseuse bien dense, un taux de masse hydrique élevé, un taux de protéines élevé. Mon poids, bon ben mon poids, il est dans la norme pour une taille d’1m70, au plus bas de toute ma vie, depuis la puberté.

Maintenant, on va continuer dans une proportion de 70% muscu, 30% cardio, pour encore affiner ma silhouette. Dès lundi Paul veut que J’AUGMENTE mes apports caloriques. Pas les augmenter en mangeant des chips ou du chocolat, non les augmenter dans la proportion de macros que je suis en ce moment. Il me l’a demandé FERMEMENT. Car j’ai du mal vraiment à arriver à 2000 calories mangées. Et m’a dit de ne pas hésiter à faire des repas plaisir régulièrement…

Après ce bilan nous sommes allés à l’espace cardio et avons fait un circuit. Paul a clôturé la séance en apothéose en me faisant faire une pyramide de burpees. En retournant au vestiaire, j’ai croisé Gilbert Melki en pleine séance. Jaime beaucoup cet acteur. Mais comme à chaque fois que je croise une personnalité que j’aime bien, je n’ose pas aller la voir. Et puis à la salle, j’en croise beaucoup des gens connus, et je me dis qu’ils sont là pour faire du sport tranquillement, pas pour qu’on vienne les solliciter.

Je suis allée rejoindre Chéri pour déjeuner. Depuis plusieurs semaines j’ai très envie d’un burger. Nous sommes donc allés en déguster un. Avec un bon bun brioché, un steak hâché frais, des oignons confits, bref, un bon burger. Avec des frites. Mais je mange beaucoup beaucoup moins qu’avant. J’ai donné la moitié de mon burger à Chéri, et n’ai pas fini mes frites. Nous avons ensuite bu un café, et sommes allés au cinéma.

Après le cinéma, Chéri est rentré directement pour cuisiner le plat que je vais emporter demain à ma mère, et moi je suis allée à la boutique de lingerie où je vais depuis au moins dix ans. J’aime cette boutique, d’abord parce qu’elle est multi-marques, et ensuite, parce que les deux dames qui la tiennent connaissent parfaitement la lingerie, et savent déterminer la taille et la forme de soutien-gorge qui va juste en nous regardant en sous-vêtements. Je lui ai dit que j’ai besoin de soutiens-gorge, les miens sont devenus bien trop grands. Quand je me suis déshabillée elle m’a dit « mais votre poitrine a beaucoup diminué, et elle est plus dense, vous faites de la muscu ? ». Je lui ai répondu que oui, et qu’en effet deux fois par semaine mes séances ciblent les pectoraux.

Au plus fort de mon poids, j’ai fait du 110E. Ayant maigri, je faisais du 100D ou 95D selon les modèles, j’ai toujours été large de dos et avec une poitrine importante. Alors que j’ai toujours rêvé d’avoir une petite poitrine. Et voilà qu’aujourd’hui, les soutiens-gorge que j’ai essayés en 95B m’allaient tous. Je n’en reviens pas. La dame de la lingerie m’a dit « mais oui vous avez aujourd’hui une petite poitrine bien ferme ». Waouh !!!!!!!!!!! Merci la perte de gras et la muscu. Bien sûr il n’y a pas de muscles dans les seins, juste du gras. Mais justement j’ai perdu beaucoup de masse grasse, partout donc, et musclé les pectoraux, les muscles juste sous la poitrine.

Faire de la musculation, ce n’est pas devenir hypertrophiée, c’est au contraire s’affiner en mettant harmonieusement les muscles en valeur. Bien sûr on peut hypertrophier les muscles comme certains body builders, mais ce n’est pas comme ça que me fait travailler Paul, mon objectif est de m’affiner en étant tonique et explosive. Je suis donc rentrée à la maison toute fofolle, super contente de mes nouveaux soutiens-gorge. J’ai envoyé un message à Paul pour lui raconter, il m’a répondu que c’est génial.

Et ajouté qu’il est fier de ce que je deviens, que c’est un plaisir de travailler avec moi. Et il l’est vraiment je crois, il a fait une story sur Instagram où il décrit ce que je fais avec lui depuis huit mois. Bon ben évidemment, j’ai versé ma larme d’émotion vous vous en doutez bien. Le fait est que depuis huit mois, nous travaillons comme des acharnés, Paul est tellement exigeant. Quand je me suis inscrite à la salle, j’ai demandé le coach le plus exigeant, ils ont souri en désignant Paul… Je comprends maintenant.

Les premiers mois ont été si difficiles, le plaisir n’est venu qu’au bout de plusieurs mois, au début il a fallu que je réhabitue mon corps à l’arrêt depuis un bon moment. Et Paul ne m’a pas laissée souffler une seconde. Et je me suis accrochée, je n’ai loupé aucune séance, même étant fatiguée, même ayant du travail. Je suis allée au bureau plus tôt le matin pour pouvoir partir à 18 heures et ne pas être en retard aux séances, je suis rentrée à 20h30, j’y suis allée le samedi, décalant Reims du samedi au dimanche pour pouvoir faire cette séance du samedi. Pendant ses vacances je suis allée seule faire mes séances chaque jour. Quand nous partons en week-end, j’emporte ma tenue et mes chaussures de sport et je fais des séances.

Bref, j’ai des objectifs, je mets tout en oeuvre pour les atteindre. Et aujourd’hui, j’en suis tellement heureuse. Oui maintenant chaque séance est un réel plaisir. Et surtout, j’ai une énergie que je n’ai jamais eue. J’y trouve un équilibre qui me permet d’affronter la situation de mes parents avec force et sourire, je deviens petit à petit confiante en moi, j’ai un début d’estime de moi. J’ai remis beaucoup de choses en perspective, pris beaucoup de recul… Les personnes méchantes, aigries, ne renvoyant jamais l’ascenseur ne font plus partie de ma vie… Je ne perds plus de temps à ressasser le passé, juste je profite du présent…

Je parle beaucoup avec Paul, qui est pompier, hockeyeur, coach sportif diplômé, et a une intelligence aigüe de la vie. Je suis aussi devenue très proche du directeur de la salle, qui a un parcours de vie et une résilience impressionnants ! Enfin bref, ce samedi a été empli de bonheurs et d’émotions. Le vôtre aussi je le souhaite ! Je reviens dans un autre article pour les repas de ces derniers jours. Prenez soin de vous.

J’ai vu le gastro

Bon j’avais donc rendez-vous avec le gastro hier soir. Il a analysé les résultats des différents examens, consulté plusieurs confrères.

Conclusion, pas d’autre choix que l’opération. C’est de la mécanique, il faut replacer l’estomac à sa place et réparer le diaphragme, ce ne sont pas des médicaments qui peuvent faire ça. Un chirurgien à Paris sait faire cette opération. Très spécialisé dans l’appareil digestif… Mon gastro l’a prévenu. Je dois l’appeler lundi pour prendre rendez-vous pour une première visite.

Car il reste un élément qui peut faire que l’opération ne sera pas possible. A la manométrie, il est apparu que mon oesophage se contracte trop faiblement au passage des aliments, ce qui, une fois l’estomac remis en place et le diaphragme recousu, peut provoquer un goulot trop étroit où la nourriture bloquera, et je ne pourrai plus du tout m’alimenter. Et ça, le chirurgien décidera s’il tente ou pas seulement après m’avoir examinée.

Il n’y a pas de caractère d’urgence, je peux encore tenir quelques mois m’a dit le gastro. Je souffre, mais la souffrance n’est pas un danger vital. Sa crainte, il me l’a dit deux fois hier pendant l’heure qu’a durée le rendez-vous, c’est que lors d’une crise, quand je régurgite, le vomi aille dans les poumons, et ça, c’est fatal.

Il a pris le temps de tout m’expliquer, tout me montrer… Je lui ai demandé si c’est génétique, ou juste « pas de chance ». Pas de chance m’a-t-il répondu. Et double pas de chance puisque ça s’est ajouté à l’EBO, lui dû à un défaut de fabrication. L’un n’a rien à voir avec l’autre.

Une fois l’estomac remis en place et le diaphragme recousu, se sera de l’histoire ancienne, avec seulement 15% de (mal)chance que ça revienne. L’EBO lui, restera. C’est une maladie évolutive que l’on essaie de stabiliser et d’empêcher de progresser trop vite, mais deux pathologies bien différentes. Enfin, voilà les nouvelles.

Je ne suis ni affolée ni contente… Je prends les nouvelles comme elles arrivent… J’essaie de relativiser. Je serai soulagée si l’opération permet que je n’ai plus ces douleurs apparues il y a huit mois, qui me paralysent, me mettent par terre de mal, et m’épuisent. Je poserai toutes les questions au chirurgien, le temps d’immobilisation, le déroulement exact de l’opération etc… Ce sera dans le même hôpital que celui où on m’a enlevé la vésicule il y a 12 ans.

En attendant de voir le chirurgien et d’en savoir plus, j’ai demandé au gastro s’il y a des contre-indications alimentaires ou sportives. Aucune… Logique puisque les crises sont déclenchées de façon tout à fait aléatoires, quel que soit l’aliment que je suis en train de manger.

Sur ce, je vous souhaite un bon samedi, je vais rejoindre Paul pour notre séance du samedi. Aujourd’hui nous allons à la salle d’Opéra et non à Saint-Lazare. A Opéra il y a une balance plus perfectionnée que celle de Saint-Lazare. Et nous allons faire un bilan complet. Electrodes du cou aux chevilles, et mesures très précises. Je vous dirai. Après la séance, resto et ciné avec Chéri. Demain, journée à Reims.

Passez un bon samedi 🙂