Ce n’est que partie remise

Lou m’a appelée hier. Elle est positive. Elle n’a pour ainsi dire pas de symptômes. Courbatue, mal à la tête et à la gorge, comme un gros rhume… Il n’empêche… Nous ne pouvons pas y aller ce week-end. Elle était tellement désolée. Elle est aussi sensible que moi, peur de mal faire, de déranger… Et puis elle avait envie de nous voir. Moi aussi j’avais très envie de la voir ! Je l’ai consolée, lui disant que ce n’est que partie remise, que bien sûr elle ne gâche rien, que non nous ne sommes pas fâchés. Déçus bien sûr, mais c’est ainsi, et ce n’est que partie remise.

Nous allons décaler de deux semaines. La semaine prochaine je vais à Reims, elle, elle vient à Paris voir des amis, alors dans deux semaines c’est très bien. Et ensuite, la semaine suivante, nous nous retrouverons tous à Reims pour l’anniversaire de ma mère. Je l’ai rassérénée, elle était toute triste, et j’ai essayé de l’égayer. Elle sort de trois semaines de partiels et voulait respirer un peu… Repos forcé quelques jours pour elle.

Quant à moi, il y a quelques mois la nouvelle de ce week-end fichu alors que je n’ai pas vu ma nièce depuis plus d’un mois m’aurait gâché les jours à venir, mais je me suis tout de suite concentrée sur « ne pas me rendre malade pour des évènements sur lesquels je n’ai pas prise ». Nous traversons une époque si étrange, si anxiogène, inutile d’en rajouter. Je suis partie du bureau et suis allée à l’Usine. J’ai dit à Paul que mon week-end était remis, et que donc, je serais à Paris vendredi et samedi, nous allons donc pouvoir nous voir. Savoir tirer du positif de situations désagréables…

Oui j’aurais mille fois préféré passer trois jours à Lyon avec Chéri et ma nièce !! Ce n’est pas possible, alors pas de temps à perdre à me lamenter, plutôt transformer ce week-end en un beau week-end. Deux séances de sport inattendues, des cinémas avec Chéri, et nous allons nous offrir un voire deux restaurants. Ce week-end qui vient sera beau, et nous retrouverons Lou dans deux semaines, ce sera un encore meilleur week-end:-) J’ai appelé hôtel et restaurants à Lyon pour décaler de deux semaines, changé les billets de train.

Après la séance de muscu poitrine-bras-épaules de mardi soir, hier soir nous avons fait des fractionnés. Je progresse un peu, ça devient un tout petit peu plus fluide de courir à 13km/h. Paul a fait durer la séance, une heure et demi au lieu d’une heure, j’étais KO. Je suis rentrée à 20h30. Le temps de prendre ma douche, parler du week-end avec Chéri, dîner, je me suis encore couchée trop tard, à 23h30 passées. Pour être bien, c’est entre 22h30 et 23h que je dois me coucher.

Je me suis réveillée ce matin à 5h45, suis allée marcher 45 minutes. Pris ma douche, mon petit déjeuner, et me suis mise devant mon ordi (télétravail aujourd’hui et demain) à 7h30. Et là je vois que j’ai un message sur mon tél pro. Un message de ma DG d’hier soir à 20 heures. J’étais au sport, et en sortant du sport, bien loin de moi l’idée de consulter mon téléphone pro. Elle me disait qu’elle s’est fait tester en sortant du bureau et est positive. Et comme nous avons été dans son bureau toutes les deux mardi matin, puis hier matin… Alors nous avions chacune notre masque, et fenêtre entrouverte, mais sait-on jamais. Depuis dimanche elle était malfichue, comme si elle avait un rhume, et puis hier ça s’est accentué.

Du coup je devais me faire tester bien sûr. J’ai bien lu le protocole pour voir si c’était trop tôt ou pas, mais apparemment non. Je suis donc allée dans une pharmacie, ils m’ont fait le test et je suis rentrée travailler. Une demi-heure en tout et pour tout. Et encore une demi-heure après j’ai reçu le résultat par mail. Négative. Ils m’ont dit à la pharmacie qu’il est inutile de me refaire tester dans les jours qui viennent.

Bon je préfère être négative. Ne pas risquer de le transmettre à Chéri qui a des comorbidités, et s’occupe au quotidien de personnes en fin de vie. Et puis comme ça je ne suis pas obligée de m’isoler et donc je peux aller au sport:-) Je ne fais ici aucun jugement de valeur sur les protocoles à suivre, le pass, ce que j’en pense etc… Ce n’est pas l’endroit, et pas très utile dans ce blog.

La journée a été agitée. Après notre Président (pas de la République, mon Président), qui a été positif la semaine dernière, cette semaine la DG… Alors à mon niveau, puisque je les assiste, ça implique de déplacer tous les rendez-vous, répondre à tous les coups de fils des interlocuteurs les réclamant, filtrer, expliquer, dédramatiser… La période est pleine de surprises, tout est incertain… C’est usant, fatigant, mais passionnant de devoir trouver des solutions très vite, faire 50 choses en même temps j’adore ça…

C’est avec bonheur, comme chaque fois, que je me suis déconnectée à 18 heures pour aller à l’Usine. Troisième séance de la semaine. Muscu haut du corps… J’aime tellement les séances. Que ce soit de fractionnés course, de circuits cardio, de muscu… Au plaisir de l’effort physique s’ajoute celui d’aller dans ce lieu incroyable qu’est l’Usine. A chaque fois je regarde, j’admire… Faire une si belle salle de sport, parfaitement équipée dans un bâtiment historique, marier ainsi des styles si différents. Je me sens tellement bien dans cet endroit, dès que j’y entre, j’ai un grand sourire, je ne pense qu’au plaisir des deux heures à venir, tout le reste est en arrière-plan.

Mon énergie décuplée depuis quelques mois vient sans aucun doute de là. Et les rapports tant avec les coachs qu’avec le personnel encadrant sont si plaisants. Cette année, ça fera dix ans que j’ai osé franchir la porte d’une salle de sport. Je n’avais jamais utilisé mon corps pour autre chose que mon cerveau, méprisant le reste, tout le reste de mon corps.

Je me souviens de mon premier contact avec JC. Il m’a fait monter sur un tapis de course, j’ai crié de peur quand il l’a réglé à 3km/h (marche au ralenti), me cramponnant à lui. Je ne savais pas ce qu’était un squat, une fente, un crunch, un kettlebell, encore moins un développé couché, un burpee et j’en passe. J’ignorais l’existence du Core. J’ignorais ce que le corps peut faire. J’ignorais le bien-être que le sport procure. Je méprisais le sport… et les sportifs…. Que j’étais stupide et ignorante.

Le sport nécessite de l’intelligence, de la rigueur, de l’humilité, du recul, de l’auto-dérision, l’acceptation des échecs, de la discipline, de l’exigence envers soi, de l’analyse, de l’optimisme, et toujours plus de rigueur et de discipline. Encore et encore… Ne jamais abandonner… Toujours se relever… Le sport permet de magnifiques rencontres. Développe la bienveillance, l’ouverture d’esprit, l’ouverture aux autres, le positif, le non-jugement, évite de tomber dans l’aigreur… Et j’en oublie des centaines de bonheurs procurés par le sport.

Réconcilier le corps et le cerveau est sans doute ce qui m’est arrivé de mieux dans la vie. Toute ma vie je remercierai ces trois hommes d’exception que sont JC, Philippe et Paul. Passionnés par leur métier et entièrement tournés vers les autres, ils n’ont de cesse d’aider, de faire progresser, d’harmoniser corps et mental.

Alors, qu’est-ce que j’ai mangé depuis le début de la semaine ?

Mardi. Au petit déjeuner du boeuf séché, une orange et du mélange noix-noisettes-amandes. Midi au bureau jambon blanc, tartines craquantes de sarrasin. Et une banane, que j’ai oublié de mettre sur la photo. Un shaker de protéines le matin, un dans l’après-midi. Et au dîner, filet de julienne, pommes de terre et haricots verts cuits vapeur, puis sautés à la poêle dans de l’huile quatre graines.

Mercredi. Petit déjeuner « moche » mais bon:-) Deux oeufs sur le plat, deux wasas, dont une beurrée. Déjeuner au bureau, viande des grisons, carottes râpées (oui, industrielles, c’est rare) et une pomme. Un seul shaker hier, le matin, je n’ai pas eu envie dans l’après-midi. Et au dîner, pavé de saumon et tagliatelles.

Et aujourd’hui. Ce matin, une tranche de pain au levain beurrée, du jambon blanc, un kaki. Au déjeuner le reste des tagliatelles et deux oeufs sur le plat. Je n’ai pas pris de shaker, la matinée a passé tellement vite avec ma sortie pour le test et les nombreux coups de fil que j’ai oublié le shaker. Et comme j’ai déjeuné tard, je n’ai pas eu envie d’un shaker cet après-midi. Ce soir en rentrant du sport, j’avais envie de légumes, deux jours sans en manger pour ainsi dire. J’ai dîné d’un grand bol de soupe, un steak hâché, des pois gourmands et des champignons.

Un point calories ? Paul m’a donc demandé (fermement) de manger au moins 2200 calories, en augmentant sensiblement les quantités de glucides notamment. Et un peu les lipides. Je l’ai fait. Mais !! Je n’arrive pas aux 2200 calories. Paul analyse attentivement mes macros chaque jour. Je mange bien assez de protéines grâce aux compléments, assez de fibres, en revanche les glucides et les lipides restent insuffisant dit-il, au regard de mes dépenses énergétiques. Et en plus, j’atteins à peine les 1800 calories… Alors, je vais augmenter encore… Même si j’appréhende la prochaine pesée il est vrai. Augmenter mes quantités, je vais y parvenir car faire plus de séances de muscu, ça développe mon appétit. Contrairement aux séances de cardio après lesquelles je n’ai pas faim avant plusieurs heures, après les séances de muscu j’ai réellement très faim.

Ce soir, séances muscu jambes. Avec deux nouveaux exercices, l’un pour les ischios, l’autre pour les quadriceps. Avec directement une charge de 35 kilos. Une sensation de brûlure plus plus plus… Et toujours du soulevé de terre à 70 kilos, des squats avec 30 kilos sur les épaules. C’est le début de la muscu… Paul m’a dit qu’il va augmenter les charges dès début février. A la fin de la séance, il m’a fait trottiner sur tapis dix minutes pour détendre les jambes qui venaient d’être beaucoup sollicitées. Descendre les escaliers dans le métro pour rentrer a été difficile. Je n’ose imaginer demain et samedi:-)

Paul m’a envoyé un message à 21 heures me disant « Tu as bien travaillé, le squat est maîtrisé ». Faire un squat paraît simple. Mais un squat avec une barre chargée à plusieurs dizaines de kilos sur les épaules, c’est autre chose. Il m’a fallu trois séances avec la barre à vide (elle pèse 20 kilos) pour bien comprendre le mouvement et le reproduire correctement, sans perdre l’équilibre, sans basculer en avant ou en arrière, en pliant suffisamment les genoux sans les laisser partir vers l’extérieur, le bassin bien placé, le dos droit, les épaules verrouillées, les pieds ancrés dans le sol. Les exercices de musculation c’est de la technique, de la proprioception avant même de parler de force. Et avec Paul on ne plaisante pas avec la technique. C’est trop bien. Ca demande tant de concentration, tendue sur les sensations de chaque muscle.

Bref, voilà qu’il est 22h30, je vais aller me coucher, lire un peu et…dormir:-) bonsoir vous tous.