21 avril, pour le meilleur et pour le pire

Bonjour:-)

Ce mercredi 11 novembre, jour férié confiné, me permet d’enfin me poser un peu et de passer une journée tranquille seule à la maison avec Chéri. Pratiquement un mois et demi que je n’ai pas écrit, vous m’avez manqué.

Un mois et demi où je n’ai pas pris beaucoup de temps pour… pour quoi que ce soit. Chéri, écrire, faire du sport, tout cela est un peu passé à la trappe, priorité à mes parents et à mon travail.

Alors, le travail… Ma période d’essai est terminée, me voilà confirmée en CDI. Le Président, La Directrice Générale, la DRH m’ont dit qu’ils avaient mis des mois à chercher la collaboratrice qu’ils voulaient, et qu’ils étaient heureux de m’avoir trouvée. Quel bonheur d’entendre ça, de travailler avec des gens exigeants mais justes, pas manipulateurs ni pervers. En revanche tout au long de ma période d’essai, j’étais persuadée qu’ils n’allaient pas me confirmer, j’ai fait tellement d’allers-retours à Charleville, des heures de train, des heures de démarches, des heures à faire des cartons… Donc j’étais tellement préoccupée par mes parents et tout ce qu’il y avait à faire que je n’avais pas totalement ma tête au travail, et si eux ne s’en sont pas rendu compte, moi oui.

Et je ne suis pas complètement satisfaite du travail que j’ai fait pendant ces premiers mois. Enfin, ils sont ravis de moi, alors merci la vie ! Et en janvier je vais pouvoir enfin m’organiser comme je le veux dans mon travail en étant totalement concentrée, et non plus dans l’angoisse du téléphone qui sonne et de toutes les démarches à faire, empiétant sur mon temps de travail.

Du côté de mes parents, voilà, cette semaine est LA semaine de leurs deux déménagements. Mon père devait initialement être transféré à Reims le 19 octobre, mais la veille, l’Ehpad nous appelle pour nous dire qu’il y a des cas Covid, et que donc l’admission de mon père est remise à… ils ne savent pas quand.

Cette semaine du 19 octobre, j’étais en vacances. Vacances prévues de très très longue date, puisque Karin et moi avions réservé une thalassothérapie en novembre 2019. Lors de mes entretiens d’embauche, j’avais parlé de cette semaine prévue, et ils m’avaient dit que je pouvais la prendre sans problème.

Malheureusement, deux ou trois semaines avant notre départ, voilà que nous apprenons que la société de thalasso a fait faillite. Donc naturellement séjour annulé, et pas sûr que nous récupérions notre argent… Enfin, c’est comme ça, je ne me rends plus malade pour des choses sur lesquelles je n’ai pas prise. Si on le récupère tant mieux, sinon, nous n’en mourrons pas.

Du coup, pendant cette semaine je suis allée à Charleville, faire des devis avec déménageurs, recevoir le brocanteur qui vide la maison. Et surtout, soutenir ma mère. Ma mère qui subit tant de choses d’une violence psychologique terrible, qui se retrouve si seule. Alors mon frère et moi y allons tout le temps. Mon frère qui est à 80 kilomètres, deux fois par semaine, moi pendant mes vacances et chaque week-end. Malheureusement nous n’avons pendant cette période pas pu voir beaucoup mon père. La clinique transitoire dans laquelle il attendait son départ pour Reims a durci les conditions de visite pour éviter la propagation de la Covid. Une visite d’une seule personne, une fois tous les quatre jours, pendant 20 minutes. Masqués, derrière un Plexiglas. Ni mon frère, ni mon père, ni ma mère ni moi n’avons la Covid, mais nous ne sortirons pas pour autant indemnes de tout cela.

Profondément changée en ce qui me concerne… Ah oui aussi, pendant tous ces jours et fins de semaines passés à Charleville, j’ai mis la maison en vente. J’ai reçu trois agents immobiliers qui en ont fait l’estimation, nous avons choisi celle qui nous a inspiré le plus confiance. Là encore, gros choc pour ma mère… Il y a eu une quinzaine de visites en quatre jours. Heureusement la dame de l’agence immobilière a chaque fois été très attentionnée et délicate avec ma mère, car ni mon frère ni moi n’étions là pour ces visites.

La maison a été vendue en moins d’une semaine. Nous sommes allés tous les trois signer le compromis de vente, ma mère naturellement, et mon frère et moi en tant que représentants de mon père. Moment tellement difficile (et il restera la signature chez le notaire début janvier).

Puis nous avons commencé les cartons. Puis les brocanteurs sont venus vider le grenier, le sous-sol, et tout ce que ma mère n’emporte pas à Reims. Pendant les quelques jours de congés que j’ai passés à Charleville, nous nous sommes levées un matin à quatre heures et demi avec ma mère pour aller à Reims. Elle devait passer à huit heures une visite médicale pour l’entrée dans son appartement. Mon frère est venu avec nous. Ma mère a brillamment passé les tests de mémoire, et est en assez bonne forme physique. Le médecin nous a fait pleurer mon frère et moi en disant à quel point c’est rare que tous les enfants accompagnent leur parent, et qu’il ne voyait pas souvent un frère et une soeur s’entendre aussi bien sur les choses à faire pour adoucir la nouvelle vie de leur parents. Le juge des tutelles et l’assistante sociale nous ont dit la même chose. Apparemment il y a des familles qui se déchirent quand arrivent les questions que posent l’organisation de la fin de vie. Oui j’emploie des mots durs, mais c’est ça la réalité toute nue.

Le fait est que depuis sept mois mon frère et moi avons travaillé sans relâche pour tout préparer, pour décharger mes parents de tout tracas.

Malheureusement, nous ne pouvons pas leur redonner la santé ni la possibilité de vivre à nouveau réunis. Et rien que d’écrire cela, je pleure à nouveau. Chéri m’a tellement soutenue au long de ces mois. Venant avec moi à Charleville un week-end sur deux, et ne me reprochant jamais de passer autant de temps dans les trains, au téléphone etc etc…

Heureusement, avant le deuxième confinement du 28 octobre (jour du vingtième anniversaire de ma nièce, elle n’oubliera pas ses 20 ans !), nous avons eu le temps d’acheter ce qui manquait pour le nouvel appartement de ma mère. Un lit une personne, des meubles pour aménager la cuisine et la salle de bains. Le reste viendra de la maison. L’Ehpad m’a appelée la semaine dernière, pour dire que ça y est il n’y a plus de cas Covid chez eux, mon père y a donc été transféré ce lundi 9, après avoir passé un test à nouveau.

Mon frère vient aujourd’hui chercher ma mère à Charleville et l’emmène à Reims elle va habiter quelques jours chez lui. Il récupère demain les clés de l’appartement de ma mère, qui a été refait à neuf, fait l’état des lieux, et vendredi je coordonne le déménagement entre Charleville et Reims et mon frère réceptionne à Reims. Ce week-end je vais à Reims, on va installer ma mère. Le week-end dernier était donc pour moi le dernier dans ma ville natale, dans la maison que mes parents ont fait construire avant ma naissance. Sur le quai de la gare dimanche soir, j’ai été envahie d’une tristesse immense. Bien sûr j’ai quitté Charleville à 18 ans, mon désir absolu était de vivre à Paris, et je suis toujours aussi heureuse de vivre à Paris depuis maintenant bientôt 35 ans. Mais je savais qu’à Charleville, il y avait mes parents, mon repère…

Mon frère va subir la même tristesse en allant chercher ma mère tout à l’heure. Quant à ma mère n’en parlons pas. Bon, elle a eu le temps de dire au-revoir aux voisins, je l’ai emmenée dans tous les endroits qu’elle aime ces dernières semaines. En revanche mon père n’a pas eu cette chance. Il a brutalement été hospitalisé le 21 avril, et ne sortira plus jamais.

Le 21 avril… le meilleur jour pour mes parents, qui se sont mariés le 21 avril 1957, âgés de 20 et 22 ans. Et le pire jour, aussi ce 21 avril 2020 où ils ont été séparés si brutalement.

Dans quelques mois nous irons tous mieux. Ma mère va prendre ses marques, pouvoir enfin se reposer. Elle adore son nouvel appartement, est heureuse de vivre seule dans un espace beaucoup plus petit, en gardant son autonomie. Elle pourra aller voir mon père à pieds. Son appartement est dans une résidence neuve, nichée dans un parc, tout en étant dans un quartier commerçant. Elle a déjà fait connaissance des gardiens de la résidence, de sa voisine de pallier. Et à moins de dix minutes de chez mon frère. Elle a déjà repéré le cours de yoga collé à la résidence. Elle a précieusement emballé sa boîte à couture, ses aiguilles à tricoter, ses pelotes de laine. Je lui ai acheté plein de livres.

Je me suis fait tellement de souci pour elle ces derniers mois, la sachant seule à la maison. Mon père, j’espère qu’il va s’habituer à la nouvelle équipe soignante s’occupant de lui. Il est dans une grande chambre, nous lui avons apporté les objets qu’il aime le plus. Il verra ma mère pratiquement chaque jour. Mon frère et moi une fois par semaine.

Moi, je vais essayer de me reconstruire, ces derniers mois m’ont épuisée. Physiquement et psychologiquement. Comment j’ai fait pour trouver du travail dans cette période douloureuse, pour réussir ma période d’essai ? Je me le demande chaque jour. Comment j’ai réussi à donner le change au travail alors que je passe mes nuits sans dormir et à pleurer ? Je ne sais pas… Le nouveau confinement complique à nouveau les choses. Déjà que je n’en peux plus de faire et défaire ma valise chaque week-end, voilà qu’à nouveau ils ont supprimé 80% des trains (sur peu de trains à la base). Dimanche j’ai été contrôlée par la police à la correspondance de Reims, en descendant du TER de Charleville avant de monter dans le TGV pour Paris. Et arrivée à 20h30 à Paris, les policiers attendaient à la descente du train, contrôlant attestations et dérogations, et en plus faisant ouvrir les bagages.

J’ai déjà pris mes billets pour Reims ce week-end, c’est beaucoup mieux car il y a juste 45 minutes de TGV. Pas de correspondance comme vendredi soir dernier où j’ai quitté Paris à 17h30, et ai passé deux heures sur le quai à Reims à attendre la correspondance pour Charleville. Pour finalement arriver à 21h45. Donc pour Reims seulement 45 minutes de TGV, pas de correspondances. Mais avec le confinement, même problèmes d’horaires… Bon, espérons que cela se terminera vite et que je pourrai faire tranquillement mes allers-retours Paris-Reims-Paris dans la journée, chaque samedi ou dimanche. Quand tout va bien, 45 minutes de TGV, sachant que j’habite à 15 minutes de la Gare de l’Est et que mon père, ma mère, mon frère, habitent tous près de la gare de Reims, cela ne sera pas plus pénible que d’aller en proche banlieue, donc très faisable dans la journée.

Voilà, vous savez à peu près tout. Je vais pouvoir revenir normalement sur le blog, moins préoccupée et moins occupée par les démarches. Je vous parlerai de mon expérience du télétravail que je n’avais jamais pratiqué.

Il est dix heures, Chéri dort encore, je vais lui préparer un petit déjeuner de fête. Ces derniers mois il m’a tellement manqué pendant tous mes allers-retours et plus que jamais, je savoure chaque seconde passée avec lui.

J’espère que vous allez tous bien ?