Deux nouvelles

Juste un mot les z’amis. Trop de choses à faire, je repars à Charleville dès vendredi après-midi.

La bonne nouvelle, le labo m’a appelée ce matin, je suis Covido négative (je ne sais pas si ça se dit d’ailleurs. Enfin bref, là, en temps réel, je n’ai pas la Covid:-)) Le test PCR indique juste l’état au moment où on le fait, ce n’est pas un test sérologique. Il n’empêche que j’en suis bien heureuse.

Deuxième nouvelle, voilà, c’est fait, je suis la tutrice de mon père. La juge m’a demandé pourquoi mon père avait besoin d’être sous « protection ». J’ai pu parler dix minutes avant d’avoir la voix qui tremble. La juge a alors demandé à la greffière de relire les notes qu’elle avait prises, m’a fait signer. Le jugement définitif d’habilitation familiale prendra effet le 5 novembre. Quelle journée hier ! Six heures de transports (bus, TGV, TER) pour passer six heures à Charleville. En douze heures, la vie d’un homme réduite à une page dans un dossier administratif…

Bon maintenant, focus sur les deux déménagements et le « vidage » de la maison. Mes parents l’ont fait construire en 1966 vous imaginez tout ce qu’il y a dedans, surtout le sous-sol et le grenier… A suivre:-)

4 réflexions au sujet de « Deux nouvelles »

  1. Génial d’avoir donné la décision tout de suite, elle devait être évidente. Moi, j’avais du attendre plusieurs semaines de recevoir copie du jugement définitif.
    Bon courage pour le vidage et les déménagements.

    J'aime

  2. Enfin, une bonne nouvelle négative qui devient positive. Bizarre dit comme ça.
    Bon déménagement, enfin, quand je dis bon, non, ça va être dur pour toi et ton frère. Quand je pense à la maison de ma mère qu’on devait en partie vider au printemps, et qui ne s’est pas fait, les bras m’en tombent rien que de penser au boulot qu’il va y avoir…70 ans qu’elle avait vécu dans cette maison, dès son mariage et 90 ans dans le même village. Finalement, j’ai raison de ne pas m’attacher à une maison, comme celle que nous avons vendue il y a 2 ans, car, la maison de mon enfance, bizarrement, j’y tiens beaucoup, et pourtant, je ne veux pas y dormir. Complexité du genre humain. Quoique, non, je crois que ça remonte plus loin, des siècles d’ancêtres qui ont vécu dans le village et où, mes frères et soeurs et moi sommes le dernier maillon (faible) qui vont couper le cordon et tourner le dos définitivement au village. Et toi, les descendants de tes parents ont-ils vécu dans la même ville ou viennent-ils d’ailleurs ? Je sais, je suis un peu curieuse sur les bords. Mais, c’est l’âge qui veut ça ma pov dame. Plus on vieillit, plus on pense au passé et moins on a envie de regarder vers le futur. Le futur d’ailleurs, je n’ai pas envie de le connaître, tandis que le passé, tous vieux que nous sommes le ressassons tant et plus comme les pastilles de Vichy que je suce à longueur de journée. Toi, t’es encore une jeunette, avec ta petite cinquantaine, l’avenir est encore devant toi, la preuve, avec ton nouveau boulot –

    J'aime

    1. Coucou Julie. Non dans ma famille, pas d’ancêtres implantés dans le même ville. du côté de mon père, sa mère est née à paris et son père en Itale. Du côté de ma mère, ses parents sont nés dans un village des Ardennes où mes parents n’ont jamais habité. Mon frère et moi sommes partis dès l’âge de 18 ans pour faire nos études, à Charleville, point de fac. Et moi, dès mes sept ans, je voulais vivre à Paris…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s