Je reviens plus tôt que prévu

Je n’ai pas pu aller à Charleville comme prévu cet après-midi. Ce matin je suis allée au bureau, et suis rentrée prendre ma valise pour aller à la gare en bus. Entre parenthèse, ça fait pile un mois que j’ai commencé et je suis toujours émerveillée de ne pas travailler le vendredi après-midi.

10 minutes avant que je parte, la DRH m’appelle… Lundi, dans le cadre du parcours d’intégration de mon nouveau travail, je suis allée visiter un de leurs établissements dans les Yvelines. J’y suis allée avec cinq autres nouveaux embauchés. Naturellement lors de la visite nous étions tous masqués, nous venant du siège comme tous ceux travaillant dans cet établissement. Mardi, l’un de mes collègues appelle, en arrêt maladie car courbatu, fiévreux, toussant, bref les symptômes que nous connaissons tous trop bien. Il a fait le test PCR dès mardi et a eu les résultat cet après-midi. Et bim, il a bel et bien la Covid.

Donc, la DRH m’appelle illico après l’appel de Grégory et me dit que comme mes quatre autres collègues du siège et tous ceux de l’établissement des Yvelines, nous sommes des cas contact. La procédure pour les cas contact ? Faire le test, et rester confiné en attendant le résultat.

Immédiatement j’ai pensé à mardi, ce mardi 29 si important, où je dois faire un aller-retour à Charleville pour l’audience devant le juge des tutelles. J’ai aussi pensé que ça me fait chier de ne pas aller travailler lundi, mais ça m’a paru moins important que louper la convocation du tribunal. J’ai tout de suite appelé ma mère pour la prévenir que je ne viens pas ce week-end, je ne vais pas prendre le risque de la rendre malade, ni d’aller voir mon père à la clinique… Puis j’ai appelé ma généraliste, qui m’a dit de passer immédiatement chercher une ordonnance.

Je lui ai parlé du rendez-vous de mardi et elle a marqué sur l’ordonnance que c’est une urgence, que je dois avoir les résultats le lendemain et non en quatre jours. Je suis ensuite allée au labo près de chez nous, où je vois chaque matin en partant travailler une file d’attente de plusieurs dizaines, voire centaines de personnes… Malheureusement ils arrêtent de faire les tests à midi. Je suis allée dans deux autres labos du quartier, même chose. Je vais donc y aller demain matin. Le labo ouvre à huit heures, mais je vois bien le matin en partant au travail qu’à 8h15-30 il y a déjà cette immense queue. Donc demain matin je vais aller devant l’entrée du labo dès 6h30 en espérant qu’il n’y aura pas déjà trop de monde à la porte une heure et demi avant l’ouverture.

Puis, à 17h30 la DRH me rappelle. Elle a appelé le ministère de la santé pour être sûre que la procédure n’a pas changé, puisque en ce qui concerne la Covid tout change chaque semaine en ce moment. Et bien si, la procédure a changé. Je dois faire le test, et prévenir ceux que j’ai côtoyés cette semaine entre lundi et ce midi (en ce qui me concerne, Chéri et le prof de sport, c’est tout. Chéri va d’ailleurs venir faire le test avec moi). Mais, comme je ne suis pas un cas contact rapproché -c’est à dire qu’en présence de ce collègue j’ai toujours eu mon masque, on ne s’est pas embrassés, serrés dans les bras, ni parlé sans masque – et bien en attendant le résultat du test, je peux aller travailler, et surtout, je peux aller au tribunal. OUF !!!!!!!!! Bon pas la peine de provoquer le danger non plus, ce week-end Chéri et moi allons donc rester tranquillement à la maison. Lundi, je ne sortirai pas de mon bureau. Je n’irai pas à la machine à café, pas grave pour mon café du matin et les thés de la journée, je peux m’en passer une journée.

Mardi je ne mettrai pas de masque en tissu comme d’habitude, masque que je garde la journée entière. Je mettrai des masques chirurgicaux que je changerai toutes les trois heures, et resterai à bonne distance de tout le monde au tribunal. Dans le train, j’ai pris une « place isolée ». Mon collègue positif a 25 ans, fait partie de ces jeunes gens qui pensent être à l’abri et sort chaque soir sans masque… Voilà voilà… Enfin, je ne vais pas perdre mon énergie à polémiquer ni à me plaindre, j’ai bien d’autres raisons d’utiliser mon énergie. C’est juste dommage parce que justement ne voulant pas risquer de l’attraper pour ne pas rendre mes parents malades, je prends tellement de précautions, renonçant à certains plaisirs et sorties…

Nous devions ce week-end avec mon frère préparer les cartons de déménagement de ma mère, tant pis mon frère les fera, et moi j’irai en faire le week-end prochain, en espérant ne pas être testée positive d’ici là. Il y a très peu de chances que je le sois m’a dit ma généraliste. D’abord je n’ai pas parlé de près à mon collègue, nous étions masqués tous les deux et surtout, nous sommes vendredi et elle pense que j’aurais déjà des symptômes si je l’avais. Bref, on verra…

Juste ça me rend triste de ne pas aller voir mes parents, je sais qu’ils attendent mes visites avec tellement d’impatience… Heureusement, dans un mois maximum ils seront à Reims, je pourrai y aller plus souvent que toutes les deux semaines, Reims n’est qu’à 45 minutes de TGV. J’irai plus souvent, et ferai l’aller-retour dans la journée.

Enfin voilà, j’ai ainsi l’occasion de vous avoir écrit ce soir, la preuve que dans chaque situation on peut trouver du positif:-) J’espère que vous allez tous bien. Pensez à moi demain matin, quand on va me farfouiller le nez avec le grand coton tige:-))

10 réflexions au sujet de « Je reviens plus tôt que prévu »

  1. On peut trouver du positif…
    C’est une phrase de circonstances.
    Mais tu sais, ce que je trouve difficile en ce moment, même si je comprends ton point de vue, c’est le fait d’être immédiatement jugé si on tombe malade.
    Le masque n’est qu’altruiste. Il ne protège que les autres et pas nous mêmes. Donc dans un milieu où personne n’en porte, doit-il se sentir coupable ?
    Mais c’est bien que tu puisses aller à cette audience et que la vie ne se suspende pas inutilement.
    Bon courage et bonne chance avec tout ça.

    J'aime

    1. Je ne dis pas qu’il doit se sentir coupable, en aucun cas il est sûr que nous allons être amenés à croiser de plus en plus de personnes positives. Je remarque juste qu’en ce moment il y a beaucoup plus de jeunes gens qui son positifs.
      Ceci dit, je ne possède pas assez d’éléments pour analyser cette situation et je plains plutôt mon collègue qui est au fond de son lit

      J'aime

    2. Je ne dis pas qu’il doit se sentir coupable, en aucun cas il est sûr que nous allons être amenés à croiser de plus en plus de personnes positives. Je remarque juste qu’en ce moment il y a beaucoup plus de jeunes gens qui son positifs.
      Ceci dit, je ne possède pas assez d’éléments pour analyser cette situation et je plains plutôt mon collègue qui est au fond de son lit

      J'aime

      1. Oui, une chose que j’aime bien avec ce blog c’est que le ton et les propos sont toujours très respectueux.
        Cependant je vois bien qu’en mars les malades étaient des victimes, et maintenant ce sont très rapidement des coupables parce qu’ils n’ont pas fait ceci ou cela.
        Ajoutons à cela la galère du test (en ville, parce que chez nous à la campagne c’est très différent) et ce qui va se passer c’est que des gens malades ne diront rien, ou positifs le cacheront.
        C’est devenu une infamie, une maladie honteuse et tracassante.
        Alors en effet je ne me sens pas qualifiée pour juger de ceci ou cela. Toutefois, en tant que citoyenne, je ne peux m’empêcher de penser que, si on n’avait pas démantelé notre système hospitalier, pour en confier la gestion à des ARS cornaquées par des anciens de la grande distribution, le virus aurait bien été là, mais les conséquences certainement moins désastreuses, sur tous les plans.
        Bon mais maintenant, priorité à cette audience. Dans ce monde qui bascule, tout ce que l’on peut faire de bon pour les personnes qui nous entourent, participe à pacifier la situation collective (d’après moi).

        J'aime

  2. Bonjour Imagine, contente d’avoir des nouvelles…même si, heu, elles auraient pu être meilleures.
    En ce moment, j’espère pour toi que tu as pu te, vous faire tester ? Tu nous raconteras et nous dira l’impression que ça t’a fait ? On croise les doigts pour que vous soyez négatifs tous les 2.
    Oui, quoiqu’en disent les jeunes, ce sont eux qui contaminent en grande majorité les vieux, enfin, ceux qui ne font pas attention et font du n’importe quoi. Je sais bien que jeunesse doit profiter de la vie, mais, en ce moment, tout le monde doit y mettre du sien. Mes petits enfants font des efforts surhumains depuis mars. Ils vivent masqués, sont sortis très peu cet été, ne nous ont jamais embrassés depuis février ou mars, sont restés à distance de nous, fermement chapeautés par maman qui prend encore plus de précaution que tout le corps médical réuni. Quand nous nous sommes vus, comme hier soir, c’était dehors sur la terrasse…Hier soir, malheureusement, il faisait froid, il tombait des cordes. Ma fille nous a fait tout de même entrer dans la salle à manger pour boire une coupe de champagne au lieu de prendre vite fait son cadeau et de nous claquer la porte au nez. Ma petite fille, l’ainée, nous a préparé une petite table, un peu l’écart de la grande table où tous les jeunes étaient réunis, 7 personnes autour de la table, avec des petites douceurs dans des coupelles individuelles. Pour une fois, je me suis retenue pour ne pas aller aux toilettes, vu que nous ne sommes restés qu’une heure. Ma fille avait ouvert en grand la porte-fenêtre, malgré la pluie, (bonzou, comment ça va se passer à Noel ?).
    Nous n’avons pas embrassé notre fille pour lui souhaiter son anniversaire, nous n’avons embrassé personne.
    A un moment, nous à l’écart, j’ai pensé « on croirait qu’on est atteint de la peste ou qu’on fait partie de l’assistance, oui, de l’assistance publique, car, je me souviens qu’enfant, dans les fermes de mes oncles et tantes, les enfants de l’Assistance étaient mis à l’écart – ça s’appelle maintenant « aide à l’enfance publique ». Même que ça me choquait et que j’allais m’asseoir avec eux et que mes autres cousins en faisaient autant. Je priais le ciel souvent de ne pas atterrir à l’Assistance, vu que ma mère s’est retrouvée veuve jeune avec 9 enfants sur les bras. Bref, fermons la parenthèse. Avant, on avait déjà nos petites misères. Toute époque à ses misères, mais, là, avec la ou le Covid, ça dépasse l’entendement comme dirait ma mère. On est presque en état de sidération comme le disait encore ma fille hier.
    Je me sens parfois coupable d’être « une vieille », enfin, une sexagénaire, de ne pas rester enfermée chez moi 24h/24, quoique, il m’arrive de ne pas sortir de 3 ou 4 jours. C’est mon mari qui, la plupart du temps, est chargé de l’intendance.
    Depuis mars, cette façon de procéder marche, comme ça a marché pour les coureurs du Tour de France quand ils sont restés ensemble à huis clos. Ne pas nous embrasser, ça a si peu d’importance, du moment qu’on peut se voir, se parler…C’est ça ou rien..Il faut marteler ça à tous les jeunes. On nous gave à longueur de journée d’infos alarmantes, alarmistes, flippantes, anxiogènes et les jeunes ne regardent pas les infos. Faudrait que, dans les écoles, on passe la fameuse pub de la télé, où on voit une fête de famille où tout le monde se bizouille et qui voit la grand-mère finir en réa. Si, si, vous devez voir de quelle pub je parle. Ma fille dit en avoir presque pleuré, elle l’a fait voir à ses enfants. Remarquez, à la décharge des jeunes, j’ai aussi des bofs qui disent vivre comme avant, qui ont reçu la famille, leurs petits enfants cet été, continuent à recevoir. Bon, ils vivent à la campagne, mais leurs petits enfants, non… Jusqu’ici tout va bien pour eux (tiens, ça me fait penser à la blague du mec qui tombe du 10e étage et qui dit à chaque étage « jusqu’ici, tout va bien, jusqu’ici tout va bien »….Alors, bien-sûr qu’il ne faut pas jeter la pierre à tous les jeunes. Y’a aussi des vieux cons qui font du grand n’importe quoi, comme un vieux voisin, qui, depuis des mois, mène sa vie sans masque, n’a jamais eu le papier dans sa poche durant le confinement, sort son vieux chien à longueur de journée, comme au temps du confinement, sonne à la porte de ses voisins pour papoter, pauvre vieux chien qui n’arrive pas à avancer et qui aimerait sûrement rester au coin du feu. Et si ce n’est lui, c’est sa femme…Tiens, on ne la voit plus. Ca veut dire quoi ?
    Pardon d’avoir fait long…Mais, ce satané Covid (je préfère le voir au masculin, je trouve que ça lui va mieux), impossible de l’oublier une seconde. Tu nous en fait une belle démonstration, heu, belle, disons très réaliste…
    Allez, à bientôt pour de bonnes nouvelles.
    ps : ah oui, un dernier mot. On a les masques en nombre suffisant, mais les tests, bonzou, y’a encore du boulot de ce côté là et pour ne pas attendre des heures, dans le froid, dans la rue et pour avoir les résultats..
    heu, je crois que j’ai fait un peu long…s’xcuse me.

    J'aime

  3. Bonjour Imagine…En ce moment, j’espère pour toi que tu as pu te, vous faire tester ? Tu nous raconteras et nous dira l’impression que ça t’a fait ? On croise les doigts pour que vous soyez négatifs tous les 2, pour que, mardi, tu puisses t’occuper de tes parents.
    Quoiqu’en disent les jeunes, ce sont eux qui contaminent en grande majorité les vieux. Mes petits enfants, eux, ont, enfin devant nous, fait très attention. Ils vivent masqués du matin 8h jusqu’au soir 18h. Ils sont sortis très peu cet été, ne nous ont jamais embrassés depuis février ou mars, restaient à distance de nous. Quand nous nous sommes vus, comme hier soir, c’était dehors sur la terrasse…Hier soir, malheureusement, il faisait froid, il tombait des cordes. Ma fille nous a fait tout de même entrer dans sa salle à manger pour boire une coupe de champagne au lieu de nous virer vite fait, une fois son cadeau en main. Ma petite fille nous a préparé une petite table, un peu l’écart de la grande table où tous les jeunes étaient réunis, 7 personnes. Nous avons eu droit à nos petites coupelles garnies de petites bricoles. Pour une fois, je me suis retenue pour ne pas aller aux toilettes, nous ne sommes restés qu’une heure. Ma fille avait ouvert la porte-fenêtre, malgré la pluie qui tombait. Nous n’avons pas embrassé notre fille pour lui souhaiter son anniversaire, nous n’avons embrassé personne. A un moment, j’ai pensé « on croirait qu’on est atteint de la peste ou qu’on fait partie de « l’assistance », oui, de l’assistance publique (maintenant, ça s’appelle l’Aide à l’enfance), car, je me souviens qu’enfant, dans les fermes de mes oncles et tantes, les enfants de l’Assistance étaient mis à l’écart. Même que ça me choquait et que j’allais m’asseoir avec eux et que je priais le ciel pour que notre mère, veuve, ne meurt pas. Bref, fermons la parenthèse.
    Je me sens parfois coupable d’être « une vieille », de ne pas rester enfermée chez moi 24h/24, quoique, il m’arrive de ne pas sortir de la semaine. C’est mon mari qui, la plupart du temps, est chargé de l’intendance. Est-ce notre faute si nous sommes fragiles ? Bizarre d’ailleurs cette fragilité qui atteint surtout les plus de 60 ans, même si quelques jeunes ont aussi des formes graves.
    Depuis mars, cette façon de procéder marche, comme ça a marché pour les coureurs du Tour de France qui sont restés en huis clos ; une expérience grandeur nature en somme. Ne pas nous embrasser, ça a si peu d’importance, du moment qu’on peut se voir, se parler. C’est ça ou rien..Il faut marteler ça à tous les jeunes. On nous gave à longueur de journée d’infos alarmantes, alarmistes, flippantes, anxiogènes et les jeunes ne regardent pas les infos. Tiens les jeunes, ont-ils vu la pub flippante de la télé sur la fête de famille ?. J’en doute. Mes petits enfants l’ont vue et se tiennent encore plus à distance de nous. Il faudrait la montrer à tous les jeunes, de la 6e à la trentaine. Remarquez, j’ai aussi des bofs qui disent vivre comme avant, qui ont reçu la famille, leurs petits enfants, qui les ont embrassés. Jusqu’ici, ça va pour eux (tiens, petite parenthèse, vous connaissez la blague du mec qui tombe du 10e étage et qui martèle « jusqu’ici, tout va bien, jusqu’ici tout va bien ».)..Alors, bien-sûr qu’il ne faut pas jeter la pierre à tous les jeunes. Y’a aussi de vieux cons qui font du grand n’importe quoi, comme un vieux voisin, qui, depuis des mois, mène sa vie sans masque, n’a jamais pris la fameuse autorisation en papier et ne s’est jamais fait prendre, sort son vieux chien à longueur de journée, qui sonne aux portes des voisins pour discuter « le bout de gras », vieux chien qui n’arrive pas à avancer et qui aimerait sûrement rester au coin du feu..Et si ce n’est lui, c’est sa femme…Tiens, on ne la voit plus. Ca veut dire quoi ?
    Pardon d’avoir fait long…Mais, ce satané Covid (je préfère le voir au masculin, je trouve que ça sonne mieux) impossible de l’oublier une seconde. Tu nous en fait une belle démonstration, heu, belle, disons réaliste…
    Allez, à bientôt pour de bonnes nouvelles.
    ps : ah oui, un dernier mot. On a les masques en nombre suffisant, mais les tests, bonzou, y’a encore du boulot de ce côté là et pour ne pas attendre des heures dans le froid dans la rue, et pour avoir les résultats.

    J'aime

  4. Ha, ha, je me relis…..sort son vieux chien à longueur de journée, qui sonne aux portes des voisins pour discuter « le bout de gras » A me relire, on penserait que c’est le vieux chien qui sonne aux portes. Vous aurez compris que c’est le vieux, des fois que vous auriez pensé que c’était un vieux chien de cirque..

    J'aime

  5. Je ne vais pas me lancer sur le sujet, je vais être malpolie et désagréable!!
    Juste que je n’ai pas vu mes parents depuis Noël, ils sont toujours dans leur appartement de la Baule, au calme (il y a eu un peu de « touristes » dans un des appartements, loué par un CE, les autres propriétaires sont venus cet été aussi, pour de courts séjours), à l’abri… ma mère va mieux, heureusement: elle a eu un méchant lumbago, en fait tassement de vertèbres et ostéoporose, en avril, pas question d’aller voir un kiné, confinement oblige, elle a dû attendre le déconfinement pour aller chez l’ostéo, mais à rester sur le dos des semaines entières faute de trouver un position plus confortable, elle a eu un début d’escarre, qui nous a bien inquiétés, ajoute à ça une perte d’appétit significative… mon père a eu très peur pour elle. Il a demandé un portage de repas le midi, c’est très bon, au moins ils n’ont pas à se soucier de faire les courses, le soir ils mangent peu. Et ils refusent qu’on vienne les voir. Je respecte, hein, mais ça me fait bien chier!! Nous aussi on est prudents, je ne sors que pour les courses et promener ma PtiteBrunette (toujours aussi adorable) masquée comme il se doit.
    Et mes ados portent scrupuleusement le masque, ce qui n’est pas le cas de tous leurs camarades! Il y a eu quelques cas, au collège et au lycée. Et comme tous sont normalement masqués, et bien ils ne sont pas considérés comme ca contact!! Trop pratique, non!! (ça me fait grincer des dents…)
    Au moins, ton entreprise prend cela très au sérieux, combien préférerait voir leurs employés venir travailler en étant à risque (ou malade) plutôt que de les isoler…
    Bon, j’espère que tu as pu faire le test, que ça n’a pas été trop désagréable, des pensées pour mardi, vivement que tes parents soient à Reims.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s